Historique

Des marais pour servir de rempart

En Poitou-Charentes, Ouzilly-Vignolles, commune de 176 habitants située dans la vallée de La Dive, est citée pour la première fois dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes en 1179.

Ce village était autrefois entouré de marais et son accès demeurait très difficile, voire impossible, pendant la moitié de l’année. L’assèchement de ce marais s’est terminé aux environs de l’année 1970 et a permis ainsi le développement local de l’agriculture. Toutefois, il existe encore une zone marécageuse à l’ouest de la commune.

La présence de ces marais explique en partie la naissance d’Ouzilly-Vignolles. En effet, l’histoire de Moncontour (chef-lieu de canton dont Ouzilly-Vignolles est l’une des trois communes associées), situé à trois kilomètres, est très mouvementée. Ces lieux ont été notamment marqués par les nombreuses batailles contre les Anglais et les guerres de religion entre catholiques et protestants. Parmi les plus célèbres batailles, nous pouvons citer: Du Guesclin qui chassa les Anglais de Moncontour en 1372 et en 1569. l’affrontement entre les armées de l’amiral Coligny et du Duc d’Anjou (futur Henri III).

C’est pourquoi, ces marais servirent sans doute de refuge, dans un premier temps, face à ces combats meurtriers. Selon les historiens, la seule bataille de 1569 aurait entraîné la mort de 10000 soldats.

 

Particularité unique en Poitou-Charentes

Ouzilly-Vignolles demeure un exemple unique en région de part son patrimoine ethnologique.

Pour construire dans ces lieux hostiles, les habitants n’avaient d’autres ressources que la terre des marais, les rouches ou roseaux du marais, les granulats et l’eau. C’est ainsi que s’élevèrent, à Ouzilly, des maisons en terre crue, probablement dès le XIIème siècle, mises en œuvre selon la technique dite « de la bauge ». Ces constructions, n’ont aucune fondation et ne montrent aucune trace d’un système de coffrage pour le montage des murs.

Le procédé de construction est relativement simple, mais la connaissance des dosages des différents éléments ne peut s’acquérir qu’avec l’expérience. Ce savoir-faire a aujourd’hui pratiquement disparu.

 

Une idée qui a fait son chemin

Ces maisons en terre, synonymes de misère, sombrèrent, petit à petit, dans l’oubli et beaucoup furent détruites. En 1989, le nouveau maire d’Ouzilly-Vignolles, M. Lucas, trouve une commune endormie. Mais que peut-on entreprendre dans une commune rurale sans activité économique, exceptée agricole, sans école, sans commerce et qui, de surcroît, n’est située sur aucun axe de passage ?

Après une lecture attentive du cadastre de 1827, une constatation s’imposait: tout l’habitat de la commune était construit en terre. L’idée de préserver et de valoriser ce patrimoine bâti bien spécifique lui vint naturellement non sans avoir tenté des recherches dans les domaines les plus variés du développement rural. Mais les plus grands trésors ne sont-ils pas le plus souvent sous nos yeux ? L’objectif fixé, il restait à trouver les moyens de l’atteindre. C’est alors que le projet Terra villa se dessine.

En 1992, le service de l’inventaire de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de la région Poitou-Charentes apporte ses compétences en recensant l’ensemble des bâtiments de la commune. Ce sont 108 bâtiments qui possèdent encore au moins un mur en terre (54 maisons et 54 dépendances) dont 19 maisons sont encore totalement en terre. L’absence totale de traces de l’existence de ce patrimoine bâti en terre aux archives départementales, rendit les recherches très difficiles. Ce travail mené avec une extrême rigueur par le service de l’inventaire fut primordial dans le projet Terra villa.

Ce projet de développement communal a également pour objectif de créer des emplois en faveur de personnes en difficulté. Deux buts sont donc recherchés simultanément lors de l’élaboration du projet: valoriser un patrimoine bâti et son environnement, et créer des emplois.

Afin de parvenir à ce double objectif, l’intervention de nombreux partenaires techniques et financiers est indispensable. Les différents services de l’État, coordonnés par Monsieur le Sous-préfet de Châtellerault, le département de la Vienne et la communauté de communes du pays Loudunais sous l’égide de M. Monory (conseiller général), la commune de Moncontour et le conseil régional participent également au projet. Peu à peu, de nombreux partenaires techniques et financiers contribueront à la réalisation du projet. En effet, nous avons à ce jour, 70 partenaires sans oublier les bénévoles et les habitants du village.

 

Historique du logis

logis avant restaurationCet ancien corps de la Ferme des Tiveaux d’Ouzilly-Vignolles date de la fin du XVIIème siècle.

Il appartient à l’ensemble du patrimoine des maisons en terre crue inventoriée par la D.R.A.C. en 1993.

 

logispdtIl avait appartenu à M. Louis GUIGNEL, cultivateur de vigne et de Chénevières en 1803.

L’acquisition et la restauration sont entrepris en 1994.
Le Ministère de la Culture décide son inscription à l’I.S.M.H.

 

Son inauguration officielle après restauration a lieu en juillet 1995 sous la Présidence de M. MONORY – Président du Sénat.

inaugurinaugur2

Il prend le label  » Centre d’Interprétation du Patrimoine  » suite à la qualité de son développement et de ses animations avec l’agrément du Ministère de la Culture et la Région.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *